Solutions E-commerce — 23/03/2012 at 15:15

Drupal Commerce : Drupal se remet au E-commerce

by

Drupal Commerce, l’analyse complète

Cet article fait partie de notre étude “Le livre blanc des solutions E-commerce“.
(Aucune reproduction n’est autorisé sur un support tiers sans l’accord des auteurs)

Basé sur le très réputé Drupal, Drupal Commerce a la lourde tâche de satisfaire toute la communauté open-source du CMS. De nombreux développeurs étaient également curieux de voir ce que pouvait donner une version E-commerce de Drupal.

La récente levée de fonds de Commerce Guys (qui porte le projet Drupal Commerce) symbolise la montée en puissance du jeune framework.

Les points-clés de Drupal Commerce

DRUPAL COMMERCE
Taille : 35 employés
CA 2011 : N/A
Business model : services (conseil, support, formation et intégration)
Cout des licences : 0€
Technologie : PHP
Framework : Drupal
Base de données : NoSQL, MySQL, SQL-Server, Oracle, SQL Lite, PostGreSQL, MongoDB
Version actuelle : 1.1 
Licence : GPL v2
Date de la première sortie : 2011
Nationalité : Française
Budget de réalisation d’un site (bas/moyen/haut) : 10K€ / 50K€ / >100K€

Le challenger des solutions E-commerce

« Drupal Commerce, la nouvelle façon de faire du e-Commerce » : telle est la vision de l’éditeur.

Cette ambition peut paraître démesurée face à une concurrence qui fait rage mais Drupal Commerce possède bel et bien un potentiel impressionnant. Basé sur Drupal, le framework de Commerce Guys se lance sur le marché avec de réels avantages. En premier lieu, Drupal est un CMS mondialement connu, qui existe depuis plus d’une dizaine d’années et rassemble une communauté de 350 000 membres, tout en équipant parmi les plus grands sites mondiaux.

Avec plus d’un million de sites en production, Drupal se veut le CMS le plus utilisé au monde pour la création de site web. Opensource et facile d’utilisation, Drupal a déjà fait ses preuves : MTV, The Economist, Whitehouse.gov, Sony Music, Zynga, Ikea, Twitter ou bien le musée du Louvre utilisent Drupal.

Drupal Commerce est la plus jeune plate-forme e-Commerce de ce panorama. La version 1.0 a été annoncée lors de la Drupalcon de Londres en 2011 et le succès ne s’est pas fait attendre. La communauté Drupal attendait cette sortie avec impatience. Les drupaliens avaient hâte de savoir si ce framework allait supplanter Urbercart (ancien module e-Commerce de Drupal) et révolutionner le e-Commerce sur Drupal, comme annoncé par Commerce Guys. D’après l’éditeur, plusieurs milliers de sites utiliseraient déjà Drupal Commerce et le framework affiche déjà une belle référence dès sa sortie : l’Institut Géographique National a choisi Drupal Commerce pour la refonte de son site.

Malgré une période sombre où les relations entre les leaders d’Ubercart et ceux de Drupal Commerce n’étaient pas très bonnes, la solution est maintenant « au propre » et les tensions semblent résolut. Tout est maintenant en ligne et le chemin s’annonce libre et propre pour faire de Drupal Commerce un des leaders du secteur.

Combiner puissance et expérience

Un des avantages évidents de la plateforme est son CMS « intégré » si l’on peut dire et le bénéfice qu’elle tire du backoffice simple et efficace de Drupal. Quand d’autres, comme Magento, ont choisi de ne pas miser (tout au moins à ce jour) sur le côté CMS de leurs frameworks, Drupal prend le contrepied et permet d’avoir des boutiques très faciles à réhabiller/modifier. Des milliers de modules et de thèmes existent déjà et Drupal Commerce possède déjà une très grande flexibilité. De petits projets peuvent donc se lancer rapidement et des projets de plus grande envergure sont également envisageables en associant la flexibilité du CMS et la force de Drupal Commerce.

Drupal Commerce a cependant un très fort lien de dépendance avec Drupal CMS puisqu’il repose dessus. Cela laisse peu de maîtrise sur certains aspects des évolutions pour Commerce Guys et crée un lien de dépendance très fort. Quid d’un fork par exemple ? Evidemment, le fait d’avoir l’un des architecte de Drupal au Board est fait pour apaiser ce point mais tout de même, c’est important. L’avantage à l’inverse, c’est que Drupal commerce n’a pas à s’occuper de la mécanique profonde et globale, mais juste de la partie Ecommerce. Quand viendra l’heure de la refonte de Drupal en V8 (pour 2013 normalement), avec des composants Symfony, qui de l’évolution de Drupal Commerce ?

Il est d’ailleurs à noter que l’approche globale de Drupal Commerce est très différente d’une bonne partie du “groupe PHP” (Oxid, Prestashop, Magento, RBS) qui partagent beaucoup leur philosophie. Drupal Commerce ne pouvait pas, pour des raisons structurelles liées à Drupal, avoir une approche comparable à celles de ces Frameworks.

Autre originalité, Commerce Guys est une société Franco-Américaine « nativement ». Contrairement à Prestashop qui s’étend aux états unis depuis la France, ou à Oxid & Hybris qui s’étendent en France depuis l’Allemagne, Drupal Commerce à deux pieds et fonctionne réellement sans limite interne, à 50/50, entre les deux pays. Forcément, toute percée sur l’un ou l’autre des territoires permettra de faire accélérer l’ensemble.

Encore un point très différenciant, les bases de données supportées sont nombreuses et on sent dans le choix une très forte connotation opensource. En dehors du très classique MySQL, on retrouve son concurrent (monté par l’un des concepteurs de Mysql) : MongoDB (NoSQL) mais aussi PostGRE et SQL Lite. Très bien mais… Drupal Commerce va plus loin avec un support d’Oracle et SQL Server, deux des bases de données commerciales les plus robustes et fonctionnelles du marché, plaçant ainsi le Framework dans une très bonne position pour être adopté par des grands comptes. Le rival principal du segment, Magento, tarde toujours à supporter SQL server et Oracle et ne supporte toujours pas NoSQL. La différence peut paraître mineure mais elle ne l’est pas, loin de là, principalement pour les personnes connaissant les limites de MySQL.

Une montée en puissance

Proche de l’écosystème e-Commerce, l’éditeur cherche réellement à favoriser l’émergence de son framework. Les têtes pensantes de Drupal Commerce France sont de tous les salons, de tous les Barcamps et mènent une politique discrète mais qui se pose dans la longueur. Commerce Guys est déjà partenaire avec plus de 20 agences spécialisées, un nombre important au regard de l’âge du framework. Il est important également de souligner que la communauté Drupal est hyperactive et passionnée. Parmi ces membres, un grand nombre de développeurs est capable d’apprendre vite et bien l’utilisation de Drupal Commerce ce qui laisse espérer un essort rapide du framework.

Toutefois, le fait d’être basé sur Drupal ne présente pas que des avantages. Très dépendant du CMS, Drupal Commerce demande un temps d’adaptation et de découverte plus long qu’une solution classique lorsqu’on démarre de zéro. A l’inverse, les Drupaliens de toujours se trouveront très rapidement des atomes crochus avec Drupal Commerce. Sans expérience préalable, maîtriser Drupal Commerce peut s’avérer aussi difficile pour les développeurs que de maîtriser Magento.

Autre revers de la médaille, l’éditeur s’est trop reposé sur la richesse des modules du CMS Drupal. Au final, la couche fonctionnelle de Drupal Commerce est encore un peu légère comparée à celles des autres solutions du marché. Ceci étant, la règle des 80/20 joue à plein, 80% des utilisateurs utilisent 20% des possibilités d’un Framework en général. Il est a noté aussi, que comme souvent pour des plateformes à l’origine destinée au CMS ou au blog, Drupal Commerce dispose d’un bel éventail de possibilité sur le domaine du Social networking.

L’un des soucis qui n’a pas encore été adressé, c’est le business model. En effet, le modèle financier de Commerce guys implique que la société fasse une partie de la conception/architecture du projet et également de vendre du support. Le support, s’il est bien fait, est une valeur évidente, par contre, la conception est un peu plus difficile à vendre aux partenaires. En effet, où s’arrête la conception/architecture et où commence l’intégration, quand le partenaire Web agency est-il mis dans la boucle ou, à l’inverse, quand appelle t’il Commerce Guys ? Car les Web agency et intégrateurs sont les premiers prescripteurs d’une solution, si ils ne se sentent pas en confiance avec le modèle de Drupal Commerce ou, pire, en concurrence avec Commerce Guys, cela risque de freiner la pénétration de marché du produit.

Flexible, robuste et d’une maturité très surprenante pour un nouveau venu, Drupal est un gage de qualité pour toute personne qui souhaite lancer un projet web. Avoir son site e-Commerce basé sur un des frameworks les plus connus au monde est forcément un paramètre à prendre en compte pour un futur choix de solution e-Commerce. Cependant, il ne faut pas oublier que ce framework reste jeune et que les services qui y sont liés ne sont pas aussi mûrs que d’autres qui sont présents depuis maintenant plusieurs années dans le secteur.

Les forces et faiblesses de Drupal Commerce

Les plus
      Une acquisition rapide de premières références et une belle levée de fonds
      Une architecture qui a fait ses preuves en termes de mise à l’échelle, robuste et flexible
      L’immense communauté Drupal et un modèle très ouvert
      Un CMS intégré, avec des facilités natives pour le bloging

Les moins
-      Moins de fonctionnalités natives que ses concurrents (pour le moment)
-      Un business model qui doit trouver ses marques pour ne pas se mettre à dos les intégrateurs
     Une courbe d’apprentissage pour le développement un peu raide pour ceux qui ne maîtrisent pas déjà Drupal
     Jeunesse de Drupal Commerce

 

Tableau de synthèse des performances de Drupal Commerce

Coût  
Mobile
Nb de développeur sur le marché
Webservice / API
Maturité technique
Communauté
Couverture fonctionnelle
Rapidité de la solution (Site Web)
Rapidité de la solution (Backoffice)
Difficulté de prise en main utilisateur
Difficulté de prise en main développeur

Analyse graphique de Drupal Commerce 

 

Conclusion : Drupal Commerce, pour quel site ?

Drupal Commerce est un framework qui se positionne facilement sur le Tiers 1 avec la possibilité de créer des sites simples, efficaces et assez rapidement, mais il est aussi tout à fait capable de répondre aux demandes de plus gros projets du Tiers 2.

Se situant entre PrestaShop et RBS Change sur notre graphique des solutions E-commerce, Drupal commerce est un framework flexible capable de s’adapter à des projets disposant d’un budget entre 20K€ et 100K€.

Drupal Commerce est à suivre de très près car, malgré sa jeunesse, il a déjà réussi à s’imposer sur le marché comme un outsider face à des solutions présentes depuis bien plus longtemps que lui. Il semble logique de regarder Drupal de prêt si l’o a une forte composante CMS ou Blog au sein de son site, ou si l’équipe interne dispose déjà de compétences Drupal.

One Comment

  1. Pingback: Blog Ecommerce Squad tout sur le EcommerceLivre blanc des solutions eCommerce

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>