Solutions E-commerce — 27/03/2012 at 14:49

OXID eShop : l’efficacité timide

by

OXID eShop, l’analyse complète

Cet article fait partie de notre étude “Le livre blanc des solutions E-commerce“.
(Aucune reproduction n’est autorisé sur un support tiers sans l’accord des auteurs)

OXID eShop, une autre solution venue d’Allemagne (tout comme Intershop et Hybris), s’est récemment lancée sur le marché français. Déjà bien implanté dans son pays d’origine, OXID eShop a tout à prouver en France avec l’arrivée d’autres solutions et l’émergence d’acteurs franco-français tels que PrestaShop, RBS Change ou bien encore Drupal Commerce.

Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette solution : forces, faiblesses, comparaison avec d’autres solutions, interview avec le Directeur Général d’OXID eSales en France…

Bonne lecture ;)

Les points-clés d’OXID eShop

OXID eShop
Taille : 80 employés
CA 2011 : NC
Business model : services & produits
Cout des licences : 2.990,00 euros HT pour la Professional Edition.
Pour la version Enterprise, le prix est à partir de 14.990 euros HT (ce n’est pas un coût annuel) plus 20% par an pour le contrat de support et de maintenance. Il y a aussi une tarification annuelle pour la licence OXID eShop Enterprise Edition qui commence à 7.990 euros HT par an.
Technologie : PHP
Framework : framework en MVC
Base de données : MySQL
Version (à la date de l’étude) : 4.5.9
Licence : GPL V3
Date de la première sortie : 2003
Origine : allemande
Budget de réalisation d’un site (bas/moyen/haut) : 3K€ / 10-50K€ / 100K€+

Nouveau sur le marché français

OXID eSales France a officiellement déclaré son arrivée en France en septembre 2011 lors du salon E-commerce de Paris. Cela fait donc seulement quelques mois que la solution communique et essaye de développer des partenariats sur notre territoire. Bien que de plus en plus de spécialistes commencent à évoquer le sujet d’OXID eShop comme un éventuel concurrent de Magento ou PrestaShop, peu d’informations réelles existent en France.

Solution allemande et opensource depuis 2008, OXID eShop a réussi à s’imposer dans un pays ou le E-commerce est déjà bien développé et où la concurrence fait rage.

Avec des références telles que Neckermann (Galeries Lafayette allemandes) ou Medimops (l’équivalent de la FNAC), la solution OXID eShop fait preuve de solidité et de maturité. Arrivée en France depuis quelques mois via l’équipe de Vikapera, OXID eSales souhaite une intégration complète de la solution sur le territoire français. En effet, pour qu’une solution E-commerce opensource puisse se développer rapidement, il est impératif qu’un écosystème de mette en place.

Ce sont ces deux composantes qui vont faire connaître la solution et permettre un développement rapide sur le territoire. C’est pourquoi OXID eSales veut intégrer le support commercial de la solution ainsi qu’un centre d’expertise et se rapprocher le plus possible de l’écosystème E-commerce français. D’ailleurs, la traduction du site en français, ainsi que l’intégralité de la documentation et du logiciel sont déjà disponibles.

En commercialisant ses produits via une structure tierce en France, OXID perd un peu de son leadership sur cette activité et n’a pas amené de son ADN Allemand sur le territoire, ce qui aurait pu lui profiter pour vitaminer le départ.

Cependant, OXID France et Vikapera se recentre sur le produit de plus en plus et laisse de coté certaines activités connexes. Cela dit, le problème de balance entre ce que l’on fait soit même et ce que l’on laisse à son écosystème pour se développer en terme de Business est toujours délicat et n’est pas le seul problème d’Oxid. Drupal Commerce rencontre le même soucis et RBS Change fait son possible pour arrêter au plus vite son activité d’intégrateur et devenir au plus vite éditeur ‘pur’.

Plus d’espace pour les autres, c’est plus de soutiens pour se développer, la méthode qu’à utilisé avec succès Magento.

Une solution E-commerce leader en Allemagne

Déjà leader en Allemagne, OXID eShop est une solution qui répond aux besoins de nombreuses demandes de la part des E-commerçants. D’une part, OXID eShop a réussi à s’imposer auprès des petits E-commerçants avec sa version communautaire open-source. D’autre part, les versions Professionnel et Enterprise visent les plus grands projets et le développement de la solution auprès des acteurs majeurs du E-commerce en Allemagne. L’exemple le plus parlant est le site http://www.medimops.de qui gère plus de trois millions de produits et affiche de belles performances techniques en termes de rapidité.

OXID eShop propose en plus de toutes ses fonctionnalités une place de marché des applications sous forme de SaaS. Réservé pour le moment à l’Allemagne (mais bientôt en France), OXID eFire permet d’installer des modules tiers (paiement, SEO, SEM) avec une mise en place immédiate car tout est déjà intégré à la plate-forme OXID eFire. Ce modèle de place marché en SaaS est un véritable succès et a fait ses preuves en Allemagne.

Un produit déjà très avancé

OXID Eshop a réussit le pari de plaire aux grands comme aux petits. C’est une synthèse difficile à réussir mais pourtant totalement efficace chez Oxid. Du magasin nécessitant une dizaine de jours de travail d’intégration à celui en prenant (pour de bonnes raisons), plusieurs centaines, le produit s’étale donc sur une large gamme, du Tiers 1 au Tiers 2. D’ailleurs, En Allemagne, c’est Oxid le leader du Tiers 2 et pas Magento comme en France.

Le framework est développé avec les méthodes Agiles, ce qui permet nativement aux équipes formées à ces techniques d’aller plus vite au but. Contrairement à Magento qui ne fera cela que dans sa version 2, Oxid intègre, pour presque toute la surface du logiciel, des tests unitaires, rigueur allemande quand tu nous tiens !

Philippe Pertin nous a d’ailleurs rappelé certaines victoires non négligeables de la solution : Plus d’un millions de produits en base pour un client, avec des milliers de commandes par jour, il n’y a réellement pas de quoi rougir, c’est déjà du très lourd.

L’effort de traduction a été fait, c’est appréciable et la librairie de modules semble avoir dépassé les 1000 entrées, ce qui rend le macro-assemblage de sites plus simple, surtout avec eFire. Il est difficile de démarquer Oxid des autres solutions et pourtant elle mérite le regard car ce qui transpire de cette solution, c’est le coté “propre”,  structuré, évolutif et adapté à une large gamme de besoins.

Au chapitre des points assez exclusifs à la solution Oxid : vous avez un support directe de l’éditeur et pas seulement de la Web agency et si vous avez des besoins très particuliers, l’équipe de l’éditeur peut même directement s’en charger parfois, comme par exemple un module très spécifique.

Thomas de chez notre confrère Syseleven, leader sur le marché de l’hébergement Oxid esales en Allemagne, nous a fournit quelques informations complémentaires. Oxid, au même titre que beaucoup d’autres, ne supporte qu’une base de données et donc ne permet pas de mode séparation des Read/Write, de haute disponibilité native, etc. (Cela arrivera en version 5). La Plupart des fonctionnalités du moteur natif sont “remplaçables” par vos propres implémentations, ce qui permet de rester compatible avec les upgrades de la plateforme, tout en customisant le produit. De plus, le Framework est beaucoup plus simple à maîtriser pour un développeur que celui de Drupal Commerce ou Magento.

Oxid est beaucoup plus proche d’un système de Ecommerce que l’on customise, là où Magento est plus proche d’un Framework où l’on fait son intégration, d’où des cycles projets plus courts. Au niveau du Cache, on a ici à faire à un cache beaucoup plus efficient que dans la majorité des Frameworks, le “Dynamic Content Cache”, qui réduit le nombre de requêtes SQL faites au final à 1/10 du montant initial.

L’impression d’efficacité est renforcé par les faits, des grands choisissent Oxid et réussissent avec, les volumes sont parfois impressionnants et la solution est stable. Finalement, Oxid eShop est un très fort concurrent de Magento sur son coeur de cible et l’histoire aurait été très différente si le produit s’était offert une visibilité à l’échelle de l’Europe plus tôt.

Forces et faiblesses d’OXID eShop

Les plus
      Solution leader dans son pays (déjà très avancée en Ecommerce)
      Volonté de réellement s’implanter en France
      OXID eFire : market-place des applications sous forme de SaaS
        Au chapitre des performances, beaucoup plus véloce et léger en front que Magento

Les moins
-      Encore mal connu à l’international, avec une stratégie un peu floue
-      Sous-traitance de l’implantation en France
     Pas d’écosystème actif en France pour le moment
-      Comme dans le cas de Magento, support d’une seule base

Tableau de synthèse des performances d’OXID eShop

Coût 
Mobile  
Nb de développeurs sur le marché
Webservice / API
Facilité d’usage du Backoffice
Maturité technique
Communauté (Allemagne = 4)
Couverture fonctionnelle
Rapidité de la solution (Site Web)
Rapidité de la solution (Backoffice)
Difficulté de prise en main développeur

Analyse graphique d’OXID eShop

 

 Conclusion : OXID eShop, pour quel site ?

Au final, OXID eShop est une solution qui a déjà fait ses preuves et qui vise principalement les sites de taille moyenne (de 5K€ à 50K€ de budget). Les versions Enterprise et Professionnel sont destinées aux plus grands projets (de 50K€ à 100K€). Solution complète en termes de fonctionnalités et de performances techniques, OXID eShop doit maintenant s’exporter et notamment convaincre le public français qui se focalise principalement sur PrestaShop ou Magento pour le moment.

3 Comments

  1. Pingback: Interview du patron d'Oxid eShop | Ecommerce Squad : le Ecommerce, coté technique

  2. Pingback: Blog Ecommerce Squad tout sur le EcommerceLivre blanc des solutions eCommerce

  3. OXID eShop is a highly effective eCommerce solution with wealthy performance. It is versatile for personalization and user-friendly. OXID eShop success system contains incorporated cms.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>